La Tròba 18 · vol. 5, CD 1 / Guiraut RIQUIER, 1
Gérard Zuchetto · Troubadours Art Ensemble



IMAGEN

abeillemusique.com
Tròba Vox TR 027
2011 p








Guiraut RIQUIER
...1254–1286...



1254
01 - Tant m'es plazens lo mals d'amοr   [7:53]
Sandra Hurtado-Rs

1255
02 - Aissi pert poder amors   [5:07]
Maurice Moncozet

1256
03 - En re no·s melhura   [4:09]
Isabelle Bonnadier

1257
04 - Tant vei qu'es ab joi pretz mermatz   [7:24]
Sandra Hurtado-Rs

05 - Amors pos a vos falh poders   [7:36]
Lo Richomme

1258
06 - Aissi com cel que franchamen estai   [6:02]
Olivier Payrat

1259
07 - No·m sai d'amor si m'es mala o bοna   [6:41]
Maurice Moncozet

1260
08 - A mon dam sui esforcius   [8:21]
Sandra Hurtado-Rs

09 - Be·m meravelh com no es enueios   [8:14]
Isabelle Bonnadier

1261
10 - Ab lo temps agradiu gai   [5:26]
Louis Soret







IMAGEN


TROUBADOURS ART ENSEMBLE
Gérard Zuchetto

chant

Sandra Hurtado-Ròs: #1  4  8
Maurice Moncozet: #2  7
Isabelle Bonnadier: #3  9
Léo Richomme: #5
Olivier Payrat: #6
Louis Soret: #10


instruments:

vièles à archet, rebecs: Louis Soret, André Rochard, Domitille Vigneron, Maurice Moncozet
oud, guiterne, luth, saz: André Rochard, Guy Robert
flûtes, nei, chalemies: Denyse Dowling-MacNamara, Maurice Moncozet, Louis Soret, André Rochard
vielle à roue: Patrice Villaumé, Olivier Payrat
tympanon: Patrice Villaumé
harpes: Veronique Condesse, Guy Robert
organetto: Christoph Deslignes
percussions: Thierry Gomar




IMAGEN




Introduction

Nos sources d'investigation:
Nous connaissons aujourd'hui plus de 2500 poésies en langue d'oc attribuées à des troubadours et les noms de plus de 350 poètes. Parmi les 95 manuscrits dans lesquels sont répartis ces chants de trobar, 52 ont été rédigés en Italie. Nous connaissons 248 chansons avec les mélodies qui sont attribuées nommément à 45 auteurs. A ces 248 chansons, Vers, Cansos, Retroenchas, Tensos, Sirventes, Pastorelas, Albas, Planhs... s'ajoutent 32 chansons anonymes.


Retenons les 4 principaux manuscrits à notation musicale, ou chansonniers, qui sont référencés ainsi:

R: Paris, Bibliothèque Nationale, fr. 22543, Olim, Bibliothèque de la Vallière, n°14 contient 1165 pièces dont 160 avec les notations des mélodies. Ce Chansonnier d'Urfé fut rédigé probablement en Languedoc vers 1300. Ce manuscrit dans lequel les chansons sont ordonnées par auteur, regroupe entre autres et copiées de façon uniforme, l'intégrale des mélodies des chansons des troubadours Berenguier de Palazol (Palou), Jaufre Rudel, Raimbaut de Vaqueiras, Raimon de Miraval, Guiraut Riquier, Peire Cardenal.

G: Milan, Biblioteca Ambrosiana, R 71 supra, contient 81 mélodies. Ce Chansonnier de Milan fut rédigé dans le nord de l'Italie au début du XIVème siècle. On y retrouve entre autres 4 chansons de Raimon de Míraval dans une version légèrement différente de celle copiée dans le manuscrit R, 5 chansons d'Aimeric de Peguilhan, 10 de Bemart de Ventadorn, les 13 cansos de Folquet de Marselha, 11 de Gaucelm Faidit, 14 de Peírol...

W: Paris, Bibliothèque Nationale,fr.844 (Olim Mazarin 96) dit Manuscrit du roi comporte 70 pièces écrites en franco-occitan au temps de Charles d'Anjou (1226-1285) en France du Nord. C'est le plus ancien témoignage de la lyrique d'oc. Il compte 44 mélodies de chansons de troubadours dont quelques unica, entre autres: 2 de Raimon Jordan, 2 de Guilhem Magret, 2 d'Albertet oυ bien encore la chanson «A chantar m'er... a de la Comtessa de Dia et 14 mélodies et textes de chansons anonymes en occitan.

X: Paris, Bibliothèque Nationale, fr. 20050 (Olim Saint-Germain, Ms. Fr. 20050 dit Chansonnier de Saint-Germain des Prés, contient 29 chansons en occitan et 23 mélodies. Ce manuscrit est originaire de la France du Nord et date du milieu du XIVème siècle.


Pour les autres manuscrits à notation musicale:

δ: Paris, Bibliothèque Nationale, fr. 12615 (Olim Noailles 124). Ce chansonnier de la fin du XIIIème siècle contient 358 chansons avec les mélodies of notamment 3 mélodies des chansons de Bertran de Born Ai Limosin...; Chazuts soi...; Ges de disnar...

Cangé: Paris, Bibliothèque Nationale, fr. 846 dit Chansonnier Cangé, contient 335 contrefacta français de chansons occitanes et surtout 3 mélodies unica: Marcabru (Lo vers comensa...), B. de Ventadorn (Tant ai mon cor...) et Cadenet (No sai cal conselh...), ainsi que la chanson de Pistoleta Ar agues ieu... copiée également dans X.

SMART: Paris, Bibliothèque Nationale, lat. 1139, Saint-Martial, ce Tropaire et prosaire de Saint-Martial, du XIème siècle contient la mélodie de la chanson Companho... de Guilhem de Peiteus.

PA 3719: Paris, Bibliothèque Nationale, lat. 3719 du XIIème siècle pour le contrafactum de l'autre ier... de Marcabru.

CHIGI: Rome, Biblioteca Vaticana, C.V 151 copié en Provence au XIVème siècle contient le «Mystère de Ste Agnès» et 8 mélodies des chansons occitanes: unicum attaché au début de la chanson Pos de chantar de Guilhem de Peiteus.


Pour les manuscrits contenant poésies, vidas et razos ainsi que les miniatures représentant les poètes:

C: Paris, Bibliothèque Nationale, fr. 856, copié à Narbonne au XIVème siècle., contient 1206 poésies.
A  Biblioteca Vaticana à Rome, Ms. lat 5232, copié en Italie au XIIIème siècle contient 626 poèmes, 52 vidas et des miniatures.
H: Rome, Biblioteca Vaticana, Ms. lat. 3207, copié en Italie au XIVème siècle a la particularité de contenir 8 miniatures figurant des trobairitz.
A: Rome, Biblioteca Vaticana, Ms. lat. 5232, écrit en Italie au XIIIème siècle contient 626 poèmes, 52 vidas et des miniatures
I: Pans, Bibliothèque Nationale, fr. 854, copié en Italie XIIIème siècle contient près de 50 biographies.
K: Paris, Bibliothèque Nationale, fr. 12473, originaire d'Italie XIIIème siècle contenant 87 biographies
M: Paris, Bibliothèque Nationale, fr. 12474, copié en Italie XIVème siècle totalisent 97 enluminures représentant des troubadours.


Parmi nos références bibliographiques:

Ismael Fernández de la Cuesta et Robert Lafont: Las cançons dels Trobadors, Toulouse, 1979, éd. Institut d'Estudis occitans).

Hendrik Van der Werf: The Extant Troubadour Melodies. Transcriptions and Essays for Performers and Scholars. Rochester, New York, 1984).

Higini Anglès:
Les melodies del Trobador Guiraut Riquier, Estudis Universitaris Catalans, 1926 vol. XI;
La música de las Cantigas de Santa María del rey Alfonso el Sabio, 3 vol., Barcelona, 1943/ 1958;
Der Rhythmus in den Melodien mittelalterlicher Lyrik, International Musicological Society, Rapport du 8e Congrès, New York, 1961)
Historia de la musica medieval en Navarra, Pamplona, 1970.

Jacques Chaílley:
Histoire musicale du Moyen Age, Paris, 1950. (P.U.F.);
La Musique médiévale, Paris, 1951;
l’École musicale de Saint-Martial de Limoges, Paris, 1960;
Notes sur les troubadours, les versus et la question arabe, Sarrebrücken, 1957 (Mélanges de linguistique et de littérature romanes a la mémoire d'István Frank).

Edmond Faral: Les Jongleurs en France au Moyen Age, Paris, 1910, Bibl. de l'E. Htes Etudes, H. Champion.
dom Paolo Ferreti: Esthétique grégorienne ou Traité des formes musicales du chant grégorien, Paris, Tournai, Rome 1938, Desclée et Cie.

F. Gennrich:
Grundriss einer Formenlehre des mittelalterlichen Liedes, Halle, 1932;
Der musikalische Nachlass der Troubadours, 3 vol., Darmstadt, 1957/1960.

Emil Levy:
Provenzalisches Supplementwörterbuth 8 vol. Leipzig, 1894-1924, Reisland;
Petit Dictionnaire provençal-français, Heidelberg, 1961-1966, Carl Winter.



IMAGEN




Création des chansons: Troubadours Art Ensemble, direction Gérard Zuchetto, d'après les retranscriptions musicales et textuelles des chansonniers.
Textes de présentation de Gérard Zuchetto, extraits de «Terre des troubadours» et «Le livre d'or des troubadours» (éditions de Paris-Max Chaleil 1996 et 1998).

Enregistrements réalisés par Klaus Hiemann, Jurgen Bulgńn et Τròba Vox en divers sites: Château de Sédières à Clergoux (19), dglise de Chaillac (87), église de Τhégra (47), et yríl Château au Studio Produc'Son de Toulouse.

Les chansons de Guiraut Riquier sont classées ici dans un ordre chronologique de «composition» indique dans le manuscrit R en tête de la chanson.

01 Tant m'es plazens lo mals d'amοr (1254)
02 Aissi pert poder amors (1255)
03 En re no·s melhura (1256)
04 Tant vei qu'es ab joi pretz mermatz (1257)
05 Amors pos a vos falh poders (1257)
06 Aissi com cel que franchamen estai (1258)
07 Nom sai d'amor si m'es malt o bοna (1259)
08 A mon dam sui esforcius (1260)
09 Be·m meravelh com no es enueios (1260)
10 Ab lo temps agradiu gai (1261)
11 Aissi com es sobronrada (1263)
12 Be·m volgra d'amor partir (1263)
13 Ab pauc er descazυtz (1265)
14 Si chans me pogues valensa (1265)
15 Anc non agui nul temps de far chanson (1266)
16 De far chanso sui marritz (1268)
17 Si ja·m deu mos chaos valer (1269)
18 Car dregz ni fes (1270)
19 Ples de trístor marritz e doloirοs (1270)
20 Pos astres no m'es donatz (1270)
21 De midons e d'amor (1271)
22 Mout me tenc ben per pagatz (1272)
23 Humíls forfaitz repres e penedens (1273)
24 Grans afans es ad ome vergonhοs (1274)
25 Fis e verais e plus ferm que no suelh (1275)
26 Jhesus Cristz filh de dieu viu (1275)
27 Ongan non cugei chantar (1276)
28 Caritatz et amors e fes (1276)
29 Cristians vei perilhar (1276)
30 Volontiers faria (1276)
31 Razos m'adui voler qu'ieu chant sovent (1276)
32 Los bes qu'ieu truep en amor (1276)
33 Qui·m disses non a dos ans (1276)
34 Creire m'an fag mei dezir (1277)
35 Iverns no·m ten de chantar embargat (1277)
36 No cugei mais d'esta razon chantar (1279)
37 S'ieu ja trobat non agυes (1280)
38 Pot sabers no·m val ni sens (1282)
39 Per proar si pro privatz (1283)
40 Mentaugutz (1283)
41 Qui·s tolgues (1284)
42 En tot quant qu'ieu saupes (1284)
43 Lo mons par enchantatz (1284)
44 Anc mais per aital razο (1284)
45 Fortz guerra fai tot lο mon gυerrejar (1285)
46 Gaug ai car esper d'amor (1285)
47 Ops m'agra que mos νolers (1286)
48 Jamais non er om en est mon grazitz (1286)



IMAGEN






Guiraut Riquier de Narbonne, né autour de 1230, vit de son métier de poète à la cour du vicomte Amalric ou Aimeri. C'est un excellent mélodiste, habile et raffiné, et certainement un chanteur virtuose. Mais en cette fin de siècle, son trobar de maestria ne trouve aucun écho en Languedoc et Provence, où les nobles se sont appauvris et où partout la croisade contre les Albigeois a décimé largueza e ricor. Guiraut Riquier s'exile en Catalogne puis à la cour de Castille, auprès du roi Alfonso X El Sabio, où il reste dix ans. Dans cette cour célèbre où vivent de nombreux autres poètes et musiciens, Guiraut Riquier élabore une suplicatio, véritable réquisitoire pour un statut de poète. Ce classement qu'il propose au roi fait état de quatre catégories: les bufos, bouffons (jongleurs amuseurs), les joglars, les jongleurs (instrumentistes et interprètes de trobar); les trobadors, ceux qui "composent", motz e sos, et les doctor de trobar, les docteurs, ceux qui écrivent les vers parfaits, les récits et les belles poésies didactiques, et qui transmettent leur savoir aux gens de valeur. Quand il retourne en Occitanie en 1280, Guiraut Riquier s'installe à la cour de Rodez où le comte Henri et son entourage essaient en vain de relancer lo bel saber de trobar, jadis florissant. Sa dernière chanson, datée de 1292, est un symbole: "Je devrais bien me garder de chanter, car au chant convient l'allégresse, mais moi tant de soucis m'oppressent... "

Per que no·m deu ieu sals
mos chans qu'es ses alegretat.

Car il ne doit m'être d'aucune saveur
mon chant qui est sans allégresse.

Ce "dernier troubadour", présenté souvent comme un poète mièvre dédiant ses épîtres à la Vierge, est en fait l'un des plus grands troubadours de toute l'histoire de trobar. Son œuvre, à l'exemple de son contemporain catalan Cerverí de Gírona, est remarquable d'ingéniosité et de technique, à la fois par l'invention personnelle et par la connaissance des anciens troubadours. Son art, parfaitement maîtrisé, s'appuie en outre sur une invention mélodique très riche qui hisse l'art de la monodie de la fin du XIIIème siècle au plus haut sommet.

Manuscrits musicaux: BNF Paris Ms fr. 22543 Fol.104 à 111v
Principales éditions:
Mahn C.A.F. Die werke der Troubadours in provenzalischer sprache, 4 vol. Berlin 1846-53 et Genève 1977 (Slatkine); Mölk Ulrich, G.R. Las cansos, Heidelberg, 1962 (C. Winter);
Anglade Joseph, Le Troubadour G. R. Bordeaux, 1905 (Feret et Fils éd).

Voici ce qu'on lit, apposé par la main d'un copiste de la fin du XIIIème siècle sur le manuscrit (BNF Ms.Fr.22543) où commence le recueil des poésies de Guiraut Riquier:

Aissi comensan los cants d'En Guiraut Riquier de Narbona en aissi com es de cansos e de verses e de pastorelas e de retroenchas e de descorts e d'albas e d'autras diversas obras en aissi adordenadamens com era adordenat en lo sieu libre del qual libre escrig per la sua man fon aissi tot translatat e ditz en aissi corn de sos se conten.
Ici commencent les chants de Guiraut Riquier de Narbonne il y a ici autant de Cansos et de Vers de Pastourelles et de Rotrouenges de Descorts et de Chansons d'Aube et d'autres diverses œuvres disposées dans le même ordre que dans son livre duquel livre écrit de sa propre main furent retranscrites ici les paroles ainsi que les mélodies qu'il contient.



IMAGEN